Nous devons prendre la Serra da Leba pour aller à Namibe. Mes enfants le savent, j’ai un sens de l’orientation qui est terrible mais que Garmin a pris en main et le vertige ! Pour ce dernier problème, une seule solution, brancher la GoPro et regarder la vidéo après ! Yann s ‘est arrêter plusieurs fois pour quelques photos et j’ai pu quand même admirer le paysage et jouer de l’objectif.

La route vers Namibe est récente et le paysage de plus en plus désertique. Lorsque nous arrivons à Namibe, la ville est déserte, étrange. Arrivée au bord de mer, il y a foule sur la plage et dans les restaurants sont pleins. Nous sommes lundi sans doute un jour férié. La ville est jolie et en pleine construction. Des immeubles et complexes immobiliers construits en majorité par les chinois un peu partout en plein désert. Pas très joli tout ça.

On s’écarte de tout ça pour trouver un coin tranquille. Et c’est là que notre petite épreuve commence ! Nous sortons d’une route en bitume, pression des pneus 2.8 à l’avant et 3 à l’arrière. Nous sommes dans une région désertique, j’en vois déjà qui devinent !

Nous nous engageons sur une piste et pouf ! Ça coince, plus exactement, ça patine, dans le sable. Je rappelle que la voiture fait + / – 3 tonnes et la pression des pneus n’a pas été modifiée. Résultat sans appel, Yann force, la voiture s’enfonce, il « ré insiste », elle s’enfonce encore plus. 3 jeunes Angolais arrivent et nous disent que ça n’est pas grave, oui je sais, mais ce que je sais aussi c’est que les ponts sont complètements dans le sable et qui dit voiture sur les ponts avant et arrière = PELLE !

Lorsque Yann prend les pelles, nos sympathiques Angolais s’en vont. Cool, allez Gégé au boulot avec Yann. Une voiture arrive à coté de nous, le chauffeur nous prend en photos entrain de pelleter et il  attend. Je commence à sentir les ampoules dans les mains, ça pique. Je regarde derrière moi et je vois la mer et surtout, j’ai l’impression qu’elle monte ! Je suis de nature optimiste mais là, je me suis fait un film, je pense à sandwich Harbour en Namibie ou des voitures ont été englouties dans pareil cas. Impact positif : j’ai pelleté plus vite ! Je me suis gardée de raconter à Yann avant la sortie de la voiture.

Plaques de dessablage installées, blocage avant arrière enclenchés (merci Patrick), Yann met les gaz, et il recule, la voiture accroche les plaques et retombe dans le sable mais grâce aux blocages, elle sort

Sortie voiture effectuée, l’Angolais en voiture s’en va. C’est vrai que depuis notre arrivée en Angola, nous n’avons jamais été ennuyés, nous avons campé ou nous voulions sans jamais de questions ou autres tracasseries à la congolaise. Cette indifférence semble être la même lorsque que l’on est dans la « merdouille » ! Ou alors fallait-il demander. Je ne sais pas, mais à choisir, nous préférons ce système.

Notre campement est au milieu de cette grande plage, seuls, climat agréable, pas d’insectes ….

Ah oui j’oubliais ; conclusion de Yann pour éviter la voiture ensablée : « Gégé, svp, la prochaine fois, tu enlèves la brosse à dents !  »

Suivez nous aussi avec CFAO : https://www.facebook.com/cfaomotorsrdc?fref=tsbanière

 

Share This