Le 16 décembre : Vers Walvis Bay et l’ensablement dans le kuisseb Canyon :

Quelques courses, un petit passage sur la baie pour voir les flamants roses. Effectivement il y en a beaucoup. Un détour pour aller voir les pélicans à la pointe de la bay, mais demi-tour car la piste est trop sablonneuse et nous sommes full charge (réservoirs carburant et eau ++). Le marais salant par contre est superbe.

Direction le Kuisseb Canyon par une petite piste le D1983. Nous longeons les dunes rouges, la montagne et le lit d’une rivière qui donne une jolie couleur verte à ce paysage.

Arrivée à Homeb nous sortons de la piste principale et prenons une autre direction (piste marron sur la carte) pour suivre  le lit de la rivière et rejoindre un camp. La piste est indiquée sur le GPS et la carte donc normalement pas de problème. Oui mais voilà … il y a un problème, elle ne suit pas le lit mais elle se trouve dans le lit ! Yann dégonfle et tout va bien jusqu’au moment où je lui demande de mettre la voiture au pied d’une dune pour faire une belle photo. Donc sortie de piste et c’est ici que ça se corse ! Lorsque nous voulons repartir, impossible la voiture s’enfonce. Bien sûr qu’il ne fallait pas sortir de la piste, bien sûr qu’il ne fallait pas écouter Gégé (pour une fois !).

Trêve de palabres et au boulot : Installation du treuil, deux fois 25 m avec une poulie de renvoi.  Nous avons pelleté environ 3m cube de sable, les plaques de dessablages sont usées jusqu’à la corde. Apres deux tentatives infructueuses, nous mettons des morceaux de bois. Rien à faire. Nous finissons par faire un chemin en pierre avec des sortes de palisses bien lourdes ! À chaque fois que je prends une pierre je pense : «  Gégé, prends garde à tes lombaires alors sert tes abdos, non, on ne se penche pas pour prendre le caillou mais on plie les genoux et on se redresse avec les jambes, pas avec le dos ! » Je passe le message à Yannou.

Les cailloux ont bien aidé mais sans le treuil ont été bon pour y rester deux jours à dessabler car pas beaucoup de gens dans le coin et encore moins de touristes.

Très frustrant pour moi de vous résumer en 2 minutes notre sortie alors qu’elle a duré 3h30 en réalité !

Le soir nous campons sur place, une bonne bière bien fraiche,  douche et repas tranquille, mais discrètement, nous activons la cadence de nos fourchettes lorsque nous entendons un bel  hurlement puis un autre,  sans doute un chacal mais dans le doute, vite vite vaisselle et vite vite au plum ; S 23° 39.5544’ / E 015° 14.552’

Suivez nous aussi sur :  https://www.facebook.com/cfaomotorsrdc?fref=ts

banière1

Share This