Traversée Lubumbashi Kinshasa, 20 mars 2016, 7 eme jour

J’ai toujours raconté ce que nous avons réellement vécu tout au long de ce trip  et je compte bien continuer. Mais ici, dans cette traversée congolaise,  j’espère ne pas choquer certains lecteurs en particulier celles et ceux qui ne connaissent pas le Congo. Le matin nous sommes reposés et acceptons beaucoup de choses de la part des villageois mais en fin d’après-midi lorsque vous avez trimé toute la journée pour passer des pistes épouvantables, sortir la jeep de situations hallucinantes, la patience atteint ses limites,  même celle de Yann !  Je vous rassure, nous avons fait de belles rencontres humaines et chaque matin nous étions contents de repartir vers de nouvelles aventures avec toujours autant de niaque et de plaisir. Si vous souhaitez faire cette traverse comme nous, vous DEVEZ être : pilote, mécanicien, être en bonne condition physique, patient, très patient, et bien sûr, avoir une jeep costaud et fiable comme la toy .

 

8h00, on est prêt mais …..roue crevée ! Je ne vais pas m’étendre sur ce problème….rien à voir avec la qualité des pneus, je dirai simplement, « ainsi va le Congo »

Plein de gasoil, réparation du pneu (le trou dans la chambre à air est confirmé à un emplacement étrange) il est 10h20 lorsque nous quittons Mbji-Mayi. Passage contrôle DGM à 24 km ( S 06°06.658’  E 02331.581’) de Mbuji-Mayi, pas de problème.

GOPR3556.00_00_35_20.Image fixe001 (Copy)

 

 

 

 

Pas de répit pour le pilote et la toy,  nous rentrons dans le vif du sujet. Il est 11h ça racle mais ça passe

 

11h20,  nous sommes à 43km de la brasserie Brasimba  Mbji-Mayi. Deux camions plantés mais ça passe. Ouf car il fait chaud

GOPR3556.00_00_49_05.Image fixe002 (Copy)

11h50,  un beau bourbier, pelle en action pour préparer le terrain. Yann ne veut prendre aucun risque pour la voiture. « J’évite au maximum les croisements de pont excessifs afin de préservés les silents blocs de tirants de pont, de même pour les « blocages différentiels » car ils sont fortement sollicités ! Chaque manœuvre, chaque passage de vitesse sont préparées sans excès .

12h30, dans un village, Yann hésite à passer dans le passage des camions et préfère la bi route. Mauvais choix ! ajouter vidéo

Jusque 15h, la piste est correcte. Nous passons tantôt des cailloux, du sable et de la latérite. Pour les camions par contre ça doit être épouvantable.

A 15h donc,  nous sommes au village de tcha tcha tcha. La N1 tourne à droite, (S 05°50.738’  E 023°11.029’) la piste descend et nous voyons des ornières assez hautes.

GOPR3556.00_00_01_07.Image fixe003 (Copy)

Yann s’engage et je vois sur la gauche deux hommes qui nous font signe de venir vers eux. Marche arrière.  Ils nous disent que cette piste est une piste à camion donc trop difficile pour les jeeps. Il vaut mieux continuer tout droit. La piste est très étroite mais je vois sur le GPS qu’elle rejoindra la N1 un peu plus loin.

300m plus loin, une autre personne (chemise blanche) nous arrête et nous donne un contre ordre, nous ne passerons pas avec la jeep sur cette piste, c’est juste une piste à moto. Demi-tour et nous reprenons la N1. Monsieur à la chemise blanche …..Je vous grrrrrrrrr

GOPR3556.00_04_03_07.Image fixe007 chemise blanche marche arriere (Copy)

Il est 15h10, aie aie aie …. Il y a vraiment beaucoup de sable et les ornières sont de plus en plus profondes. Ça racle, ça racle, ça racle et puis soudait ça ne racle plus ! Planté… Yann prend la pelle,

GOPR3556.00_00_47_15.Image fixe009 (Copy)

Mais ça ne suffit pas, T Max au boulot …. Les spectateurs sont de plus en plus nombreux. Quelques-uns viennent de mon côté : « donnes l’argent beaucoup et on va aider »  Yann, en bon breton (même du sud) est têtu et ne veut pas d’aide. De toute façon,  ils sont trop nombreux et ça ne ferait qu’empirer notre problème. ( ajouter vidéo)

On ne dirait pas comme ça mais nous sommes de bon humeur !

GOPR3556.00_05_19_10.Image fixe012 (Copy)

C’est bon, la jeep est sortie. Il commence à pleuvoir. Pas bon pour nous, coté piste mais bon côté villageois, ils rentrent tous se mettre à l’abri.

GOPR3556.00_07_52_04.Image fixe013 (Copy)

15h20, Nous faisons 400 m et re plantage (S 05°50.458’  E 023°11.155’) cette fois c’est le déluge. Tonnerre, éclairs, vent, pluie ….Yann continue.

GOPR3556.00_00_04_14.Image fixe014 eclair (Copy)

L’eau commence à remplir une ornière

GOPR3556.00_00_33_10.Image fixe015 l eau dans rigole (Copy)

 

Puis deux

 

 

GOPR3556.00_01_02_14.Image fixe017 eau orniere 2 (Copy)

 

 

Et en quelques minutes la piste se transforme en rivière

 

 

 

GOPR3556.00_00_10_21.Image fixe016 eau rivière (Copy)

Yann est toujours sous la pluie. Il passe le treuil autour d’un arbre à gauche,  on avance de quelques mètres. Puis sur un autre à droite et voici encore quelques mètres de pris. Je tiens la télécommande du T Max. Pas toujours facile de comprendre ce que veut Yann, lâcher le câble ? Le tendre ? En plus, sur la télécommande, le « in » et le out » sont situés en bas, donc sous la paume de la main ! Je suis désolée, mais la personne qui a dessiné ce truc n’a certainement pas du l’utiliser très souvent ! Gauche /droite pas toujours évident pour moi alors je vous laisse imaginer ce « in » « out ». Bref, je comprends très vite lorsque je me trompe car j’entends « GéGGGGé !!! »

16h05, il pleut toujours. 16h26, Yann monte dans la jeep et il recommence avec le treuil. J’entends : «  Bon sang (traduction, N.. de  D… !) Le treuil ne marche plus, la voiture n’avance pas »

Gg : «  Mais si mais si, il fonctionne très bien, la voiture n’avance pas d’accord, mais par contre l’arbre, lui, il avance et droit sur nous ! »

Et boum, l’arbre est en travers !

GOPR3556.00_02_17_05.Image fixe018 (Copy)

Il faut tailler la souche qui a été arrachée et qui est juste devant la roue avant droite. Machette au boulot …

GOPR3556.00_01_03_13.Image fixe027 (Copy)

17h00 : la souche a été réduite et Yann fait une tentative et passe par-dessus. Impec, ça passe sans casse. Il pleut moins, les villageois reviennent ! Et ça recommence « donnez l’argent ….. » Je sens Yann un peu crisper. Un autre villageois me lance : «  va falloir payer  l’arbre ! » on s’y attentait.

17h05, la roue arrière passe, oufff

17h17 : La jeep sort de la piste…. Entouka, un méga bravo au pilote et je suis très objective

GOPR3556.00_01_47_12.Image fixe020 (Copy)

Juste à côté de la voiture, un jeune congolais sort d’un groupe et s’avance vers Yann. Les autres ne sont pas contents et commencent à parler forts. Le jeune homme dit simplement à Yann : «  Je peux vous aider à trouver une autre piste »  car bien sûr, impossible de reprendre la même. Ok mais je ne veux que toi et pas tout le village. Nous passons dans les matitis (grandes herbes).

 

 

GOPR3556.00_01_42_18.Image fixe022 (Copy)

Evidemment, la moitié du village suit, les enfants, petits et grands,  s’accrochent à l’arrière de la voiture et grimpent dessus. Yann freine, redémarre. Je tente d’expliquer que c’est dangereux, que les enfants peuvent tomber … peine perdue ….

Nous arrivons enfin sur la piste mais pas vraiment à l’endroit que nous souhaitions. Nous sommes justes au début, là où ça descendait,  forcement maintenant ça monte et c’est complètement détrempé. Yann descend voir, ça va passer. Blocages avant arrière et à fond  la caisse ….

GOPR3556.00_00_28_19.Image fixe024 (Copy)

Nous arrivons enfin en haut il est 17h40.

 

 

GOPR3556.00_00_31_17.Image fixe025 (Copy)

Il recommence à pleuvoir. Nous demandons s’il y a une mission. Oui, super,  la mission (S 05°50.605’  E 023°10.898’) est tenue par l’abbé Eli. Nous nous installons dans la parcelle, il pleut mais en 30 minutes nous sommes installés. Bâche du côté et cuisine ouvertes, douche installée, cuisine opérationnelle, douche prise, boite de cassoulet à chauffer et …… je la sors du frigo, elle est fraiche, bien tapée, comme dis Yann, une belle et grande SKOL !!!! Si vous saviez comme elle était bonne …..

88 km e parcouru

Le camp le lendemain matin

 

 

banière

logoads20160919-1

Share This