Mardi 15 mars : 4 éme jour de Kaniama vers Mwene-Ditu et peut être  Mbuji-Mayi

Excellente nuit, pas de moustique et  température fraîche. Nous décollons frais et dispos vers 9h en direction de Mwene-Ditu.

La piste est normale : bourbiers, sable, bonnes portions, puis des, un peu moins bonnes ! Nous refaisons le plein d’eau (il n’y avait pas d’eau à la mission) et lavage des roues

 

Nous sommes détendus car à Mwene-Ditu nous allons retrouver du bitume jusqu’à Mbuji-Mayi. Cela n’est pas forcement mieux mais nous aurons quand même moins de bourbiers. Bon, c’est vrai, ils seront sans doute remplacés par des nids de poule mais ça reste quand même  moins gros qu’un trou d’éléphant !

 

Beaucoup de marécages avant Lusuka

Luputa, ah Luputa…..

IMG_3039 (Copy)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous prenons la direction de Mwene-Ditu et à la sortie nous voyons une barrière. C’est le péage. Ok, mais le responsable du péage nous dit que la route est barrée parce que le pont, à 30 kilomètres plus loin, est fermé. Ce pont est cassé depuis août 2015. Il a été réparé depuis, mais,  il faut laisser le ciment sécher. Il doit être inauguré le 18 mars.

Bien sûr cela n’arrange pas nos affaires car le beau bitume que nous attendions tant, se volatilise, fatalement !

 

Demi-tour à la recherche de la piste vers Gandajika. Yann stop la voiture pour aller se renseigner et bien sûr très vite, des personnes, bien endimanchées, gravitent autour de la voiture.

Une moto avec un policier et un responsable de la Sonas (compagnie d’assurance obligatoire en RDC). : Il me regarde et me lance d’un air dédaigneux :

«  Où est le responsable ? »

Je fais ma touriste : «  De quel responsable parlez-vous ? »

«  Le chef, le patron » me rétorque-t-il. Mmmmm, j’adore !  grrr, je ronge mon frein ,   je tends le bras et lui montre la direction ou le « Boss » !

Vérification de l’assurance, zut nous sommes en règle ! À oui, mais, un petit rien …..fcfcfcfc

Nous trouvons la piste et arrivons (à la sortie de la ville) au péage. Rebelote

Contrôle DGM, normal. Le responsable du péage veut voir les papiers de la voiture. Yann refuse. Je suis assise dans la voiture, imperturbable aux cris des enfants et coups de mains sur la vitre jusqu’au moment où ils commencent à prendre de l’élan et sauter à pieds joints sur la portière. Inutile de sortir pour les rouspéter, je sais que ça ne fera qu’empirer  les choses. Je m’adresse à un des messieurs à coté et lui demande d’intervenir auprès des enfants etc…c’est chose faite. Merci monsieur, vous êtes ? ANR ( Agence Nationale des Renseignements) !!!! Bravo gégé, t’as gagné le gros lot.

Yann revient et ça commence. Les personnes (ils sont 3) de l’ANR demandent le document de je ne sais quoi pour le véhicule ainsi que l’ordre de mission (ça n’existe plus depuis au moins 7 ou 8 ans) ! Yann dit, non pas de document à fournir. Il explique que la voiture a été fouillée à la frontière en bonne et due forme et de manière professionnelle* ( *traduction pour les non habitués au Congo:  sans bakchih ).  Fin de la discussion. Gustave de la DGM leur fait signe d’arrêter et la barrière s’ouvre. 2h30 de perdue !

Nous nous engageons sur la piste et quelques mètres plus loin un groupe de jeunes nous prévient que la piste est bloquée par 2 camions en panne. Cool…..  Demi-tour. Un monsieur nous arrête et nous dit qu’il connait une petite piste qui arrive derrière les camions.

Et nous voilà partis avec un nouveau GPS accroché à l’arrière de la voiture (nous n’avons que 2 places assises dans la jeep), à droite, à gauche …. Et après 15 minutes nous nous retrouvons sur la bonne piste avec les camions derrière nous. Une bonne récompense à papa Entumba qui la mérite. C’est encore ça le Congo

en Avant …

La pluie menace mais pour l instant elle reste au dessus de nos tètes

IMG_3042 (Copy)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A 5 km de Nangadjika une barrière de pluie . Le responsable (R) vient de mon coté ( je ne suis pourtant pas le boss !) et ça commence.

Le responsable ( R): « tatati,  tatata ,….C’est la loi, il pleut vous devez attendre. » Je regarde le ciel, qui c’est dégagé.

gg: « mais  il ne pleut pas et la piste est sèche…. ». Yann qui reconnait ma façon de parler  grattouille discrètement  le bord mon pantalon  en signe d’un  » chutttt gégé » mais trop tard.

gg: « Combien de temps  avant l’ouverture ? » ( je sais, c’est très bête comme question !)

R: « un moment »

gg : « Bon , ok pas de problème, nous allons dormir ici » Yann me regarde mais je continue et je commence à ouvrir la porte

R:   » non  vous ne pouvez pas dormir ici ,madame »

gg: « mais si , mais si  »

Il regarde yann et lui dit

R: « ah madame n’est pas contente, elle a changé la face » comment ça je ne suis pas contente, je recommence en regardant Yannou , nous allons camper devant la barrière.

Yann  fait un signe au garde barrière,  derrière mon dos, lui faisant comprendre que,  Entouka, madame est très compliquée!!

R:  » aaaaarrrrh,  ça va, ouvrez la barrière ! » je le remercie et lui propose une cigarette, il n’en veut pas . Yann veut lui donner un petit rien en guise de « péage » il n’en veut pas non plus ! bon et bien au revoir et merci. Congo Congo Congo

Nous arrivons à Ngandajika à 16h30 et allons demander l’hospitalité à la mission St Bernadette.

Bonne nuit, toujours pas de moustique et une température très agréable.

banière1

logoads20160919-1

Share This