8 février : treuil et nouveaux pneus = 6 heures dans un garage !!

Nous demandons des renseignements sur le parc de Kaudum. Impossible à une seule voiture, sable très profond et en cette saison de gros risques de rester planter pendant une semaine dans des bourbiers sablonneux. De plus, le parc a une grosse concentration d’éléphants qui empruntent aussi les mêmes pistes. Nous avons vu ce que font ces gentilles bestioles sur d’autres pistes, en fait après leurs passages il n’y a plus qu’un énorme trou ! Nous allons voir si nous trouvons d’autres touristes pour le faire.

Comment coincer les cervicales  ? J’ai la réponse, suivez ce conseil et vous resterez coincés comme moi ! Quelques heures de garage et la position suivante : à l’arrière de la voiture avec mon ordi pour le classement des photos. Jambes tendues, les genoux bloqués sur la plaque arrière (repose pieds), le dos ? Je ne sais plus comment, les bras surélevés sur le clavier, les épaules bien remontées jusqu’au lobes des oreilles, la nuque étirée et le menton tendu vers l’avant  pour voir l’écran, me voilà partie pour 3h de sélection, suppression, compression des photos.  Je sens un léger pincement sous l’omoplate, je connais ce signe, pas bon ! Je vais m’assoir, l’ordi sur les genoux. 1h plus tard, ça pince de plus en plus, c’est bon, je sais, je n’aurais pas dû me mettre comme ça mais c’est trop tard ! Anti inflammatoire, anti douleur, massage (merci à la clinique de Kinshasa pour les médicaments). On verra à Kin mais, Bertrand, je crois que tu vas avoir du boulot !

Enfin c’est terminé pour la Toy, elle a de nouvelles chaussures: 235x85X16 Wrangler Kevlar Goodyear, 2 cm plus haute  et un beau treuil,  moi j’ai retrouvé ma minerve !

9, 10, 11 février : Nous ne trouvons personne pour Kaudum, nous remontons vers le nord par la M75  en direction de Rundu. Route sympa, de beaux arbres mais un peu longue comme celle de la Caprivi  Nous nous arrêtons au camping de Kaisosi River lodge camp. Très bien.

Nous partons en direction de Divundu par la piste qui longe l’Okavango. Jolis paysages et  villages sympas . Si vous avez un peu de temps, quittez la B8 pour faire quelques kilomètres sur cette piste. L’endroit le plus sympa à partir de Karakuta.

Site à ne pas visiter : Avant d’arriver à Divundu je dis à Yann qu’il y a les ruines d’un ancien fort portugais, il est indiqué sur le GPS. . Je trouve une petite piste. C’est loin me demande Yann, non non juste à côté, 15 kms. La piste est dégueu, dure, cailloux, pas jolie. Nous nous enfonçons de plus en plus dans la végétation. Nous voyons des traces d’éléphants et à 300 de but impossible de continuer. Yann, très courageux, va à pieds pour voir, s’il y a quelques choses à voir ! 20 minutes plus tard il revient sans avoir vu l’ombre d’un caillou ressemblant à une ruine ! Léger coup d’œil  sur sa pauvre blonde, et le « toi alors, c’est pas possible … » sort mais toujours avec le sourire ! Bon c’est vrai,  il n’y avait rien dans le guide, mais après tout le guide peut oublier des choses, non ? Demi-tour avec encore l’espoir de voir un éléphant, niet, rien en vue !

Nous sommes à côté de réserve de Mahango et cette fois c’est dans le guide !  C’est vraiment très  joli. Nous y restons 3 heures et décidons de revenir le lendemain.

Nous allons camper à Ngepi Camp à une dizaine de kms. Allez-y, c’est vraiment curieux. Les emplacements sont au bord de la rivière ou les hippos y barbotent toute la journée ainsi que la nuit.Les sanitaires sont vraiment drôles.   Nous réservons  une autre nuit dans une cabane.  Très sympa. Cet endroit est fait pour les amoureux de la nature comme savent le faire les namibiens Nature et Confort. Par contre, pour les amoureux des normes ISO et compagnie,  oubliez, ça n’est pas pour vous !

 

Une petite balade en bateau pour voir les hippos de plus prêts. Oui c’est bien et pas cher,  le guide connait bien job et nous voyons un mâle et une femelle hippo en train de se faire la cour. C’était bien mais comme vous vous en doutez ce n’est pas notre truc mais c’est à faire et ça détends.

12 février : Réveil au bord de l’Okavango, wouahhhh. Yann part courir et moi je reste admirer le paysage !

9h départ pour la frontière du Botswana à Ngoma

Nous ne passons pas encore la frontière, allez,  encore une nuit en Namibie ! Un camp à quelques kilomètres de la route. Camp Salambala (S : 17°50.020’ / E : 024° 36.104’) promis en rentrant je mets tous les points GPS des autres camps) Un 4×4 en saison des pluies est nécessaire car il y a quelques passages de bourbiers sans aucun problème mais en voiture normale par certain que ça passe sans casser. Camp au milieu de la forêt, un peu moite lors de notre passage mais on a adoré.

 

banière1

Suivez nous aussi sur :  https://www.facebook.com/cfaomotorsrdc?fref=ts

 

Share This